• A VOS PLUMES CHEZ ARLETTE N° 16

    12792770-ecriture-a-la-plume-d-39-encre-sur-le-papier-quelques-notes.png

    Atelier d’Arlette n° 16.

     

    Les mots :

    profiterjouirobtenirrenierse résigner

    secrétaireorigineopiniâtretécours

    Possibleprésentimportant

    La phrase : « Tirer le diable par la queue »

     

    MON PARCOURS PROFESSIONNEL

    je n'ai pas pris de cours pour obtenir un diplôme de secrétaire.

    Après mes trois années de commerciale à l'Université de Charleroi, ma mère ne m'a pas permis de passer mes examens de fin d'année j'ai du me résigner à aller travailler.

    A l'origine je voulais être vendeuse étalagiste.

    Mais elle m'avait trouvé un emploi de vendeuse tout court dans une petite superette " NOPRI" qui rouvrait après un gros incendie .

    Ce n'est pas que je reniais ce travail, mais je n'en profitais pas, ma mère me prenait tout mon salaire sans même m'en laisser une petite partie comme argent de poche . 

    En plus, il fallait travailler tard le soir 18 H 30, et les samedis, et les jours de braderies etc

    Bien sûr on avait droit à avoir un jour de congé dans la semaine , mais rarement je pouvais en profiter, chaque fois il y avait une excuse pour ne pas nous le donner.

    La vie chez moi, n'était plus possible, alors, vous connaissez tous mon histoire, je me suis mariée très jeune, pour enfin partir de chez moi et jouir un peu de la vie.

    Bien sûr dans les débuts, on tirait souvent le diable par la queue, avec 1000 FB à l'époque par mois on allait pas loin.

    Mon mari soldat, le décès par mort subite du nourrisson de notre fils Patrick, c'était un peu la misère.

    Heureusement que mes grands-parents paternels étaient là pour m'aider à lier les deux bouts en fin de mois.

    Mais c'était sans compter sur mon opiniâtreté pour réussir professionnellement.

    A présent, j'étais maître de ma vie, l'important pour moi était de trouver un travail décent et dans mes cordes.

    Après m'être inscrite dans la plus grande entreprise de la région,

    ACEC - Logo venant des sacs plastique du Service Technique.jpg  Résultat de recherche d'images pour "A.C.E.C. CHARLEROI"

    j'ai été invitée à passer aux grands bureaux des tests psycho-techniques , réussis avec un QI de 105. 

    Résultat de recherche d'images pour "A.C.E.C. CHARLEROI"

    J'ai signé un contrat à durée indéterminée, avec un salaire de 4.500 fb / mensuels, cela m'a permis de mettre un peu de beurre dans les épinards comme on dit chez nous.

    J'ai été dirigée directement dans les bureaux d'un nouveau service, pour apprendre sur une nouvelle machine qu'ils venaient de recevoir, pour faire des cartes IBM perforées.

    Dans le bureau, le chef et autres employés ne connaissaient rien à son fonctionnement , moi non plus , mais ils m'ont laissé un mois pour la dompter.

    Quand j'ai su maitriser l'engin, on m'a apporter une machine presque identique dans laquelle je devais repasser les cartes perforées pour vérification. Ce n'était pas une perforatrice mais une vérificatrice.

    Après quelques mois,  j'ai eu 2 filles sous mes ordres,

    PAYS DE CHARLEROI ANCIEN  " PAYS NOIR "

    puis 3.

    J'étais toujours salariée de bureau n'ayant pas eu mon dernier diplôme. 

    En 1966 ??, nous avons faits de grosses grèves afin que le salaire des femmes soit plus élevés.

     ACEC , MARS - AVRIL 1966 : « A TRAVAIL EGAL, SALAIRE EGAL » - SCENES DE GREVE AU PAYS NOIR.

     

    24 mars 1966: les travailleuses des ACEC- CHARLEROI débraient et partent en manifestation


    Après cela mon salaire est monté à 7.500 fb  belle différence.

       Après quelques mois, j'ai voulu  passer les examens pour devenir employée et réussi avec brio et je suis donc devenue employée de  bureau. 

    Après 6 mois, j'ai reçu une augmentation de mérite de 500 fb

    après 1 an une autre de 1000 fb et le titre de première employée et ce pendant 3 ans de suite.

     Après 4 ans je suis devenue employée principale.

    Mais la jalousie entre femmes , vous connaissez sûrement, alors j'ai demandé mon transfert au service dactylographie du service des achats.

    Et bien dans ce service JAMAIS eu de discutions nous nous répartitions le travail quand il y avait une absente, nous nous arrangions toujours pour prendre nos congés une ambiance idéale entre toutes

    PAYS DE CHARLEROI ANCIEN  " PAYS NOIR "

    C'est dans cette entreprise "LES A.C.E.C." Ateliers de construction électriques de Charleroi  j'ai terminé ma carrière.

    Moi, j'étais dans la section Câblerie.

    PAYS DE CHARLEROI ANCIEN  " PAYS NOIR "

    Malheureusement après 21 ans dans cette entreprise, cette section a fait faillite.

    Et les autres secteurs revendus secteur par secteur.

    Résultat de recherche d'images pour "A.C.E.C. CHARLEROI"

    Quel dommage une fin comme celle là d' une entreprise qui comptait plus de 12500 personnes avec l'usine d'Herstal.

     

     PETITE HISTOIRE DE CETTE ENTREPRISE

    1886 : fondation par Julien Dulait de la Société anonyme Électricité et Hydraulique à Charleroi (E&H).

    1904 : la société est reprise par le baron Édouard Empain et devient l'Ateliers de Constructions Électriques de Charleroi (ACEC)1.

    1906 : La Société électricité et hydraulique change de raison sociale pour devenir Ateliers de constructions électriques du Nord et de l'Est (ACENE).

    1921 : Les ACENE fusionnant avec les Forges de Longueville, donnant ainsi naissance aux Forges et ateliers de constructions électriques de Jeumont (FACEJ).

    1964 : Le matériel électrique Schneider-Westinghouse fusionne avec les FACEJ

    1989 : l'entreprise est démantelée. Une partie importante du groupe a alors été racheté par le groupe CGEE-Alsthom.

    ********************************

     En 1981 son programme d'activité reprenait :

    *************************

    Production et distribution d'énergie électrique

    Grosses machines tournantes à courant alternatif

    Transformateur de distribution

    Transformateurs de puissance

    Matériel mécanique

    Centrales nucléaires

    Matériel pour l'industrie nucléaire

    Centrales électriques et sous-station

    Équipements électrique et électronique

    Électronique de puissance

    Équipement électronique

    Système en métallurgie

    Système dans l'industrie

    Matériel de traction

    Matériel militaire

    Matériel spatial (actuellement Thales Alenia Space ETCA (clusters.wallonie.be [archive]))

    Électrothermie industriel

    Matériel électrique industriel

    Moteurs de puissance fractionnaire

    Moteurs asynchrones triphasés

    Moteur et génératrice à courant continu

    Pompes centrifuges

    Isolant électrique

    Chauffage - éclairage - Matériel électro-domestique

    Matériel de chauffage électrique

    Matériel d'éclairage

    ******************************************************

     

     


  • Commentaires

    6
    Mardi 14 Août à 09:58

    CC bonjour TiteLili! Merci beaucoup pour ta participation. Tu as eu un beau parcours, et vous vous en êtes sortis par vos propres moyens! De quoi être fiers!
    Je prends le lien, je ne l'ai pas trouvé dans mes articles. Je l'ai noté! Merci encore!Grosses baisses!

    5
    Jeudi 9 Août à 11:07

    Je n'ai pas fait non plus les études que j'aurais voulues faire. 

    Mon père a abandonné ma mère j'avais 10 ans et pas de pension alimentaire donc j'ai fait un BTS sténo-dactylo  alors que je devais faire des études de journalisme mais trop chères et trop loin. 

    J'ai commencé à travailler dans les bureaux d'un grand magasin à Versailles et puis ma fille est née avec une mucoviscidose donc je n'ai pas pu continuer, pas question de trouver une nounou pour un enfant malade. 

    C'est la vie, enfin j'ai toujours essayé de me cultiver seule. 

    Tu as fait un beau parcours. 

    Bises

     

      • Jeudi 9 Août à 11:42

        J'ai essaye  Claudie au début la vie n'a pas été rose non plus mais bon après nos malheurs nous nous sommes bien relevés par nos propres moyens. Mes grands parents paternels ont faits de leur mieux ils m'ont déjà presque élevé tout le temps  alors mon grand-père était au culbuteur de chariots au dessus du terrils, il ne gagnait pas lourd.

        Mon père aurait voulu nous aider un peu aussi mais ma mère contrôlait le moindre franc qui sortait . 

        Comme ça je n'ai eu à lui dire un merci quand nous sommes sortis tout seuls de la dèche et acheter notre première maison.

        La vie n'est pas toujours un long fleuve tranquille..

        Tu sais le 3/7 je n'ai pas oublié ta fille  j'ai eu une pensée pour elle.

         

    4
    Mercredi 8 Août à 20:11
    colettedc

    Excellente participation à relever ce défi, LiLi !

    Quel beau parcours du triomphe de ton courage et de ta volonté !

    Admirable ! 

    Bonne soirée !

    Bisous♥

    3
    Mercredi 8 Août à 16:35

    Bonjour Lili,

    Ton parcours ressemble au mien, en ce sens que c'est à force de volonté et d'opiniâtreté que j'ai grimpé les échelons jusqu'à occuper le plus haut poste, soit ce lui de directeur. Il est vrai que j'ai suivi des cours de perfectionnement toute ma vie, dont un cours universitaire de Gestion & Administration, un cours d'anglais avancé, car je devais maîtriser parfaitement cette langue et plusieurs autres cours. Je ne l'ai jamais regretté.

    Bonne journée, chère.......ton ami Jean-Claude du Canada

    2
    Mercredi 8 Août à 11:36

    Un beau parcours professionnel Lili , dommage en effet que cette superbe entreprise ait fait faillite, son activité était vraiment tres diversifiée  .

    Merci d'avoir consacré à cet atelier d'Arlette ton récit .

    Bonne journée 

    Bises 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :