• LES SORCIERES ET L ARBRE DE MAI

    Le « bûcher des sorcières »,

    pendant la nuit de la saint Philippe et saint Jacques (la nuit du 30 avril au 1er mai, aussi connue sous le nom de nuit de Walpurgis) est une ancienne tradition païenne qui se fête dans certains pays d'Europe, dont la République tchèque.

    Depuis le Moyen âge, on croyait qu'il existait des jours où les forces du mal sont plus puissantes que les autres jours . La nuit du 30 avril au 1er mai appartenait à ces dates. La foi dans les forces obscures, vieille comme le monde, est devenue une superstition, déclarant que le diable ne peut appliquer son pouvoir que par l'intermédiaire de certaines personnes – les sorcières et les sorciers. Les sorcières étaient souvent soupçonnées d'association avec le diable et les villageois se défendaient contre elles par différentes pratiques. Par exemple, onfaisait des feux à des endroits surélevés, ce qui est une coutume très ancienne dans certaines régions.

     

    Avec le temps, les feux annuels sont devenus des "bûchers des sorcières". Les jeunes allumaient des balais et les lançaient en l'air pour voir comment les sorcières volent. A minuit, entre la Saint Philippe et la Saint Jacques, c'est-à-dire le 1er mai, au moment où les forces du mal pouvaient nuire aux gens, il était possible de trouver de nombreux trésors . Mais, pour se défendre contre les forces du mal, l'intéressé devait avoir sur lui par exemple une fleur de fougère.

    La tradition des feux s'est conservée en Bohême jusqu'à nos jours

    C'est pourquoi ce jour-là, on allume de grands brasiers pour « brûler » les sorcières.

    COUTUMES LES SORCIERES

     

    LE BUCHER DE  ZDAR NAD SAZAVOU

    COUTUMES LES SORCIERES

    LA classe DE MON AMIE JINDRISKA de MORAVIE  déguisement sorcières pour la fête

    __________________________________________

    Máj », « Máje », « Májka » ou « Májecka » : tels sont les différents noms que les Tchèques donnent à l’arbre de mai, un grand arbre coupé, débarrassé de ses branches dans sa partie basse et décoré de différents rubans, qui est érigé solennellement chaque premier mai dans de nombreux villages et communes tchèques.

    Image associée

     

    COUTUMES LES SORCIERES

     

    CI DESSUS C'EST CELUI DE LA VILLE DE MON AMIE JINDRISKA A ZDAR NAD SAZAVOU EN MORAVIE

    « Selon une légende racontée en Bohême du Sud, les arbres de mai devaient protéger les fermes contre la grêle. Les fermiers demandaient donc aux garçons du village d’ériger ces arbres à proximité de leurs maisons et ils les aidaient à le faire. Mais il existeune autre légende, connue dans les alentours de Rožnov pod Radhoštem, en Moravie, qui parle d’une jeune fille qui était très pieuse et ne voulait pas se marier.

    Les autres filles se moquaient d’elle et lui disaient que personne ne l’aimait.

    Elle a donc adressé des prières à Saint Philippe et Saint Jacques.

    Le lendemain matin, elle a trouvé un arbre de mai joliment décoré devant sa maison.

    Les autres filles étaient jalouses d’elle.

    Elles ont donc demandé à leurs amants de leur faire leur propre arbre de mai. »

     

    « Une autre coutume était liée à ces arbres de mai érigés à l’occasion des kermesses : les villages essayaient, pendant la première nuit après leur installation, de les voler aux communes voisines.

    Si un village se faisait voler son arbre de mai, c’était une véritable humiliation pour tous ses habitants.

    Ils devaient ensuite racheter leur arbre en échange de différents aliments, du vin etc. Cette tradition représentait donc une lutte concurrentielle entre les habitants de villages voisins.

    C’était une question d’honneur et de fierté car les garçons qui réussissaient à voler un arbre de mai de leurs voisins étaient considérés comme des héros. »

    ************************************

    LE IER MAI EN AUTRICHE

    Pas de vendeur de brins de muguet aux coins des rues, pas de grandes manifestations politiques et de défilés dans les rues. 

    Le 1er mai en Autriche… c’est la fête au village et tout le monde se rassemble autour de l’ " arbre de mai ".

    Cette tradition païenne est actuellement un rite de fécondité.

    Elle fut interdite par l’église catholique en 1579 mais cette fête a perduré aux travers du temps et est encore très présente en Bavière et en Autriche.

    L'arbre de mai est décoré de ruban blanc et bleu en Bavière et blanc et rouge en Autriche, aux couleurs des drapeaux des régions le plus souvent.

    On lui ajoute des Bretzel et des petits cadeaux qui peuvent aller du jambon fumé de région au salamis.

    Il restera là jusqu'aux fêtes de la récolte du 1er septembre.

    Ensuite il sera utilisé comme bois de chauffage.

    Il y a encore quelques années, le bois était utilisé pour faire des échelles qui étaient vendues dans la vallée.

     

    ************************************

    Les traditions en Belgique

     

    Le Meyboom à Bruxelles

    Résultat de recherche d'images pour "LE MAIBAUM BELGIQUE"

     rue du Marais et des Sables,

    À Bruxelles, le Meyboom est planté le 9 août - veille de la Saint-Laurent, patron de la Compagnie chargée de la tradition. Le Meyboom est attesté depuis 1213 et est ainsi la plus ancienne tradition de la capitale. Elle relève du patrimoine oral et immatériel de l’humanité depuis novembre 2005.

     

    Lors de l'achèvement du gros œuvre d'un bâtiment les ouvriers fixent un arbrisseau au sommet de la charpente. Quoiqu'il s'agisse là d'un bouquet final, à Bruxelles on emploie pour cette tradition le nom de Meyboom.

    ________

    Le Meyboom à Louvain

    Le Meyboom à Louvain remonte à 1939.

    _________

    La plantation de mai à Silly

    À Silly, le hameau de Saint Marcoult plante chaque année un arbre de mai. La petite agglomération est groupée dans une clairière de la forêt domaniale autour de la chapelle. Saint Marcoult est vénéré depuis fort longtemps. Il a vécu au vie siècle et aurait été abbé d’un monastère en Normandie. Il est connu comme guérisseur des écrouelles. C’est en son honneur que l’arbre a été planté à l’origine. Sa fête est célébrée le premier dimanche de mai. L’usage est fort ancien mais connu depuis la fin du xixe siècle. Il était offert autrefois aux jeunes filles du hameau et fait penser aux bouquets de mai. Vers 1900, le mai était un bouleau ou un peuplier de haute futaie. Aujourd’hui, un chêne de grande taille (14 ou 15 m) est abattu le samedi matin et copieusement arrosé de bière ou de genièvre. Il est surmonté d’un jeune bouleau feuillu.

     

    Le dimanche après-midi (de nos jours le dernier dimanche d’avril) l’arbre est amené au hameau et mis en vente aux enchères au profit de la fête. Il est dressé entre 16 et 18 heures à l’aide d’échelles de différentes hauteurs. L’effort des pousseurs est généreusement soutenu par d’abondantes libations. Une fois l’arbre en place, la cloche de la chapelle tinte. Il sera déplanté à la fin du mois dans une ambiance plus intime mais toujours abondamment arrosée.

    Résultat de recherche d'images pour "LE MAIBAUM BELGIQUE"

    L’image contient peut-être : 1 personne, debout, foule, ciel et plein air

    Sazbbat des sorcières d'Ellezelles 2006

    Sabbat 2017

    Balade nocturne

    Les Terrîbles Chorchîles
    vous invitent à leur Sabbat

     


  • Commentaires

    6
    Lundi 14 Mai à 22:33
    pascalounette

    il y a encore de belles fêtes !!

    5
    mercedes carlotta
    Mardi 8 Mai à 18:54

    Coucou Bonsoir Tite Lili! On découvre toujours plein de choses inréressantes chez toi! Bravo et merci! Bonne soirée!
    Grosses baisses!

    4
    Mardi 8 Mai à 00:50

    Bonjour Lili,

    Chaque pays a ses traditions. Il fut un temps où les superstitions étaient fortement implantées, dans lesquelles les sorcières jouaient un grand rôle. Ces superstitions prenaient leur origine dans la religion. On retrouve même dans la bible un texte qui spécifie: Te ne laisseras point vire la magiciennes (la sorcière)! On attribuait à cette dernière, les catastrophes naturelles, comme les ouragans, les tremblements de terre, etc. De là à les brûler sur un bûcher, il n'y avait qu'un pas qui fut vite franchi. C'est pourquoi, un très grand nombre de femmes furent brûlées vives, en étant accusées de sorcellerie. Les accusations les plus loufoques furent déposées, comme celle d'avoir une une femme forniquer avec Satan, un homme, sans visage, vêtu de noir, ou celle d'avoir vu des diablotins (des petits diables) sortir de la bouche d'une femme. C'est un envoyé de Rome qui condamnait les femmes au bûcher. Si la femme niait, elle était soumise aux pires tortures, ce qui la condamnait immanquablement.

    Bonne journée....ton ami Jean-Claude

    3
    Lundi 7 Mai à 22:11
    Colettedc

    Merci beaucoup pour ces traditions, Lili ! C'est intéressant !

    Bonne fin de journée et douce semaine !

    Bisou♥

    2
    Jenny
    Lundi 7 Mai à 18:54

    Bonnes photos et les petites sorcières ont l'air plutôt gentilles...chez nous autrefois , il y avait une légende dont on ne parle presque plus. C'était celle de la Corriveau qu'on avait mis au rang de sorcière car elle aurait tué ses 7 maris si je ne me trompe...on l'avait mise dans une cage pour accrocher celle-ci à un arbre pour la laisser mourir. Même après sa mort , les gens disaient la voir encore dans sa cage. J'en ai encore des frissons car ma sœur et moi étant jeunes , on s'était fait des peurs avec cette légende et on osait pas aller se promener dans les bois. Bonne soirée. Bisous de chez nous.

    1
    Candy
    Lundi 7 Mai à 13:21

    J'aurais peur de rencontrer ces terribles sorcières (déguisées le soir) hihihi!bonne journée ma belle

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :